2019

14 novembre - Lancement du plan AGIR 2020 : Formation des gendarmes à la lutte contre les violences conjugales

 
 
14 novembre - Lancement du plan AGIR 2020 : Formation des gendarmes à la lutte contre les violences conjugales

M. Dominique SORAIN, Haut-commissaire de la République, a participé ce matin à l’ouverture de la première session de formation « violences conjugales », organisée par la Gendarmerie nationale au camp de Faa’a, en présence du Colonel Frédéric BOUDIER, Commandant la Gendarmerie pour la Polynésie française, de M. Thomas PISON, Procureur général, de M. Hervé LEROY, Procureur de la République et de M. Christophe DESCHAMPS, Directeur de cabinet du Haut-commissaire.

IMG_7056
IMG_7059

Priorité gouvernementale, la lutte contre les violences conjugales constitue un axe de travail majeur pour les unités de gendarmerie de Polynésie française. Dans le cadre du grenelle consacré à cette problématique, un plan d'action intitulé « AGIR 2020 face aux violences conjugales » est mis en œuvre.

Ce plan est décliné en quatre thématiques : Accompagner les victimes ; Gagner en efficacité individuelle et collective ; Intervenir systématiquement dans une approche inter-services ; Rapprocher l’action des différents acteurs.

Ce plan comporte un volet de formation interne destiné aux gendarmes primo-intervenants sur les situations de violences conjugales. L’objectif est de délivrer un socle homogène de connaissances et de conseils aux militaires en charge du traitement des violences conjugales afin d’améliorer l’accompagnement des victimes et le signalement des auteurs de violences.

IMG_8252

La formation comprend trois modules :

-       « accueillir, comprendre, échanger » pour permettre la détection des signes évocateurs de violences, donner des bons réflexes pour accueillir et échanger avec une victime, délivrer des conseils pratiques pour la prise en charge des victimes ;

-       « intervenir et enquêter » pour permettre de renforcer le travail des enquêteurs, effectuer le relevé des traces et des indices et améliorer l’échange d’information pour faire avancer l’enquête ;

-       « signaler et accompagner » pour systématiser la mise en relation avec les élus et les associations d’aide aux victimes (L’association Polyvalente d’actions judiciaires - APAJ, Te Rama Ora), ainsi que pour présenter des différents dispositifs d’aide aux victimes.

Les formateurs sont issus de la gendarmerie mais aussi des administrations de l’Etat (services de la Justice) et d’intervenants sociaux tels que des psychologues et des membres de l’APAJ.

Les brigades territoriales des îles éloignées pourront également suivre ces formations grâce à l’enregistrement audiovisuel des séances.