2019

27 mars - Etat d’urgence sanitaire et mise en place d’un couvre-feu en Polynésie française

 

Face à l’ampleur de la crise, le Premier ministre a décrété l’état d’urgence sanitaire à compter du 23 mars sur l’ensemble du territoire national, y compris en Polynésie française.

> Voir l'article

21 janvier - Centre culturel Paofai : un aboutissement exemplaire de coopération Etat-Pays

 
 
21 janvier -  Centre culturel Paofai : un aboutissement exemplaire de coopération Etat-Pays

Le gouvernement de la Polynésie française a lancé un projet d’envergure pour la création d’un Centre culturel soutenu par l’Etat, dont l’objectif est de promouvoir et faire rayonner la culture polynésienne auprès du public local et des visiteurs.

Situé en plein centre ville de Papeete, ce projet inédit en Polynésie française a été conçu par l’agence « Parc architectures », le premier pôle « Paofai » abritera une médiathèque, un centre d’art, des ateliers culturels ainsi qu’un pôle administratif. Il sera également doté d’un auditorium, de boutiques et d’un café numérique.

Je suis donc particulièrement heureux d’annoncer aujourd’hui l’aide financière que vient de me confirmer Monsieur Franck RIESTER, Ministre de la Culture, à hauteur de 480 millions de francs CFP (360 millions de francs CFP pour la médiathèque et 120 millions de francs CFP pour les espaces d’expositions). C’était l’un des engagements de l’accord de l’Élysée du 17 mars 2017.

Ce nouveau Centre culturel de la Polynésie française illustre pleinement la coopération entre l’Etat et le Pays et permettra de :

- garantir à tous, et particulièrement aux jeunes générations, un accès vivant, ludique et connecté à la lecture et à l’ensemble des supports de connaissance et d’information ;
- dynamiser la création et l’expression artistique de la Polynésie (de l’artiste à l’artisan d’art) grâce à une diversité d’espaces d’exposition ;
- développer une réelle économie autour de la culture en Polynésie française, en complémentarité et en synergie avec les autres lieux culturels actuels et futurs.*

René BIDAL