2020

Un exercice cadre sur la gestion d’une pollution maritime d’ampleur « POLMAR 2020 »

 
 
Un exercice cadre sur la gestion d’une pollution maritime d’ampleur « POLMAR 2020 »

Un exercice d’état-major annuel, dénommé « POLMAR 2020 », s’est déroulé le jeudi 10 décembre 2020, sans déploiement réel de moyens, dans le cadre du dispositif ORSEC (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile) Maritime de Polynésie française.

Organisé sous l’autorité du Haut-commissaire de la République, Dominique SORAIN, par l’amiral commandant de la zone maritime de Polynésie française, Jean-Mathieu REY, cet exercice s’inscrit dans le rythme annuel d’entraînement à la gestion d’événements de mer majeurs.

Le scénario 2020 a porté sur la gestion d’une pollution volontaire déclenchée par un navire en transit aux larges de Raiatea. La pollution engendrée, de par son ampleur et sa proximité des côtes, a imposé l’activation fictive des structures de gestion de crise et d’intervention afin de stopper la pollution et d’entreprendre les poursuites judiciaires qui seraient décidées. 

Cet exercice a permis de tester les conditions de mise en œuvre du dispositif ORSEC maritime pour lutter contre une pollution maritime d’ampleur. Il a aussi été l’occasion d’entraîner les différentes équipes à la gestion d’un évènement de mer, en prenant en compte l’interface mer-terre et les interactions entre l’État et le Pays.

 « POLMAR 2020 » a mobilisé une trentaine de personnes issues des services impliqués dans la gestion d’évènements maritimes : Forces armées en Polynésie française, Commandement de la zone maritime Polynésienne, JRCC Tahiti, Direction de la protection civile, Gendarmerie, Brigade nautique de Raiatea, Météo France, Cellule antipollution de la Base navale de Papeete, Service des affaires maritimes de Polynésie française, ainsi que des représentants des services de la Polynésie française (Direction polynésienne des affaires maritimes, Direction de l’environnement) et les services métropolitains spécialisés dans la lutte contre les pollutions maritimes (CEPPOL, Cèdre). 

Cet entraînement a été l’occasion d’améliorer les réflexes et d’éprouver les chaînes d’information entre les différents acteurs.