2021

Visite du chantier de production d’énergie à technologie bas carbone « SWAC »

 
 
Visite du chantier de production d’énergie à technologie bas carbone « SWAC »

M. Edouard FRITCH, Président de la Polynésie française et M. Guy FITZER, Administrateur des îles du vent et des îles sous le vent représentant le Haut-commissaire de la République en Polynésie française, se sont rendus ce matin sur le chantier de l’entreprise GEOCEAN à Papeari, dans la commune de Teva I Uta.

Ce chantier de production d’énergie à technologie bas carbone, intitulé projet « SWAC » (Sea Water Air Conditioning), consiste à capter une eau froide de 5° à 900 mètres de profondeur pour alimenter en froid le CHPF et les bâtiments publics voisins.

Cette technologie innovante permettra de réduire de moitié la consommation électrique de l’hôpital, tout en répondant à l’ensemble des besoins de froid des sites concernés.

Les services de l’énergie de Polynésie française et l’entreprise GEOCEAN, chargée de la mise en œuvre de ce dispositif, ont présenté aux autorités le site de Papeari retenu comme site d’assemblage des équipements qui seront ensuite acheminés par voie maritime sur le lieu d’exploitation situé sur la côte Nord de Tahiti.

Le plan de financement de cette opération est structuré autour d’une subvention de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) de 265 millions de Fcfp et deux prêts bonifiés accordés par l’Agence française de développement (AFD) et la Banque européenne d’investissement, pour un montant total de 1,79 milliard de Fcfp.

Cet accompagnement financier de l’État témoigne de la convergence de vue avec la Polynésie française, accompagnée depuis plus de 10 ans par l’AFD dans le développement de ce projet.

En outre, à travers les financements d’études en subventions, les expertises techniques et le financement d’investissements via l’octroi de prêts long terme bonifiés, l’Etat soutien de manière pérenne les collectivités polynésiennes dans la mise en œuvre des politiques de transition énergétique.

A l’issue de cette visite, les autorités se sont félicitées de l’avancée de ce projet qui permettra au CHPF de maîtriser sa consommation électrique et à EDT de diminuer ses émissions de CO2 de 5000 tonnes CO2/an (soit l’équivalent des émissions générées par 4 800 foyers sur une année).