Retour Accueil / Les services de l'Etat / Armées / Forces armées en PF

Les forces armées en Polynésie française

www.armees-polynesie.pf

COORDONNÉES DU COMMANDEMENT SUPÉRIEUR DES FORCES ARMÉES EN POLYNÉSIE FRANÇAISE

Commandant supérieur des forces armées en Polynésie française : Contre-Amiral Laurent LEBRETON

✉ : BP 9420 - 98715 Papeete-CMP
☎  : (689) 40 46 22 99 / fax : (689) 40 45 29 74

 

R APPEL HISTORIQUE

La présence militaire française en Polynésie va augmenter sensiblement à partir de 1963, avec la décision du gouvernement de déplacer, sur des atolls des Tuamotu, les expérimentations nucléaires jusque-là menées dans le Sahara.
Les essais vont se dérouler en atmosphère à Moruroa et à Fangataufa de 1966 à 1974, puis sur les mêmes sites mais en milieu souterrain à partir de 1975, sans interruption jusqu’à la suspension décidée en avril 1992 par François Mitterrand alors Président de la République.

Après une dernière série de six essais ordonnée par le Président Jacques Chirac entre le 5 septembre 1995 et le 27 janvier 1996, l’arrêt des expérimentations nucléaires a été décidé. Les sites ont été ensuite complètement démantelés. Toutefois, un détachement de surveillance a été mis en place sur l’atoll de Moruroa. Cette mission de surveillance a d’abord été confiée au 5e R.E. de juillet 1998 à janvier 2000. Depuis cette date,
elle est assurée par le DTP/RIMaP-P. Avec la dissolution du 5e Régiment et la fermeture de la base Centre d’expérimentations du Pacifique (CEP) de Hao en juin 2000 (actuellement en cours de réhabilitation), s’est achevée l’épopée du nucléaire français dans le Pacifique.

Ne subsistent plus alors en Polynésie française que les forces de souveraineté, la gendarmerie nationale et le groupement du service militaire adapté.

   

L E COMMANDEMENT   SUPÉRIEUR DES FORCES ARMÉES   EN P OLYNÉSIE FRANÇAISE [ COMSUP ]

Le commandant supérieur des forces armées en Polynésie française relève directement du chef d’état-major des armées.
Il exerce les fonctions de commandement opérationnel sur l’ensemble des formations des trois armées, sur les directions et services de soutien, basés en Polynésie française. Il a autorité partagée sur le groupement du service militaire adapté.

Par ses responsabilités territoriales, le COMSUP est l’interlocuteur direct et le conseiller du Haut-Commissaire pour toutes les questions relatives à la défense.
Il dispose d’un adjoint interarmées à qui il confie, à titre permanent, la coordination et le pilotage des soutiens et des grandes fonctions transverses et qui assure les responsabilités de haute autorité de défense aérienne.
Outre ses responsabilités de commandement sur les forces armées, directions et services en Polynésie française, l’amiral est également le commandant de la base de défense de Polynésie française (COMBdD), commandant de la zone maritime du pacifique (ALPACI), commandant de la zone maritime de Polynésie française et commandant du centre d’expérimentations du Pacifique (COMCEP).

 

Les missions

Les forces de souveraineté sont chargées :

  • De protéger les intérêts de la France et d’affirmer la présence française dans le Pacifique.
  • De manifester et garantir la souveraineté française, de soutenir le pays dans l’exercice de ses compétences dans les cinq archipels et sur les 5 030 000 km² de la zone économique exclusive, la ZEE.
  • De participer aux tâches de service public, en particulier en matière de secours maritime et de soutien aux populations.
  • D’assurer la surveillance radiologique, biologique et géomécanique des anciens sites d’expérimentations et d’en contrôler leurs accès.

Les moyens

Le COMSUP dispose d’un état-major interarmées (EMIA) situé sur la commune de Pirae dans le quartier du Taaone. Ses activités sont tournées vers les opérations, l’organisation générale, la logistique, le soutien et la
coordination interarmées. C’est au sein de l’EMIA que fonctionne le centre opérationnel du Taaone (COT).

   

T AHITI : PRINCIPALES IMPLANTATIONS MILITAIRES

L’île de Tahiti est en fait constituée de deux volcans de taille inégale reliés par l’isthme de Taravao. Le plus au nord, appelé Tahiti nui (Tahiti la grande) est aussi le plus grand avec 35 km de diamètre. Il culmine au mont Orohena à 2 241 m.

Cette partie de l’île de Tahiti concentre l’essentiel de la population et des activités y compris militaires.

Plus au sud, Tahiti iti (Tahiti la petite) appelé plus communément «la presqu’île» fait 15 km de diamètre et culmine à 1 332 m au mont Roonui. Elle ne comporte que très peu
d’agglomération et une seule installation militaire à Tautira.

Presque toutes les implantations militaires de Polynésie française sont concentrées sur l’île de Tahiti.

En dehors de l’île de Tahiti, les implantations militaires sont réduites à un détachement du Service militaire adapté (SMA) aux Marquises à Hiva Oa, et aux Australes à Tubuai.