Retour Accueil / Présentation de la PF / Données économiques de la Polynésie française

Présentation de la PF

Données économiques de la Polynésie française

C ADRE GÉNÉRAL
eco1

 
L’ ÉVOLUTION DE LA POPULATION

Au 22 août 2012, la Polynésie française compte 268207 habitants. Depuis 2007, la population a augmenté de 8500 personnes, soit 1700 personnes par an ou une progression annuelle de 0,6 %. Le solde migratoire est nettement déficitaire : la différence entre le nombre de personnes quittant la Polynésie française et le nombre de celles y arrivant est de 7700 personnes sur une période de cinq ans.

Chaque année, plus de 1500 départs nets sont donc comptabilisés. Dans un contexte de crise économique, le taux de chômage mesuré par le recensement a presque doublé en cinq ans : de 11,7 % en 2007, il atteint 21,8 % en 2012.

   
L A SITUATION DE L EMPLOI

L’emploi salarié marchand progresse légèrement en juillet 2014. Sur un an, la baisse de l'emploi (- 0,5 %) est moins importante que celle observée en moyenne sur les cinq dernières années (- 2,2 %). En juillet, l’emploi est stable dans l'industrie, le commerce, l'hôtellerie- restauration mais progresse dans la construction et les autres services.

 
L ES PRIX

L'indice des prix à la consommation s'établit à 108,32 en août 2014, soit une baisse mensuelle de 0,8 % essentiellement induite par la diminution saisonnière des tarifs des transports aériens internationaux. Hors transport aérien international, l'indice général progresse de 0,1 %. Moins affecté par l'évolution des transports aériens, mais plus sensible à l'évolution des prix des produits alimentaires, l'indice ouvrier diminue de 0,1 %.

 
L ES SECTEURS - CLÉS

Depuis le milieu des années 60, l’économie et la société polynésienne ont connu de profondes mutations liées à l’implantation du Centre d’expérimentation nucléaire du Pacifique et aux transferts financiers civils et militaires de l’État. Le commerce extérieur polynésien se caractérise
par un faible taux de couverture, et une balance commerciale déficitaire : les exportations de produits locaux, essentiellement composées de produits perliers, de poisson et de noni, sont insuffisantes pour couvrir nos importations. Les autres produits locaux exportés sont l'huile de coprah, la nacre, la vanille, le monoï, et dans une moindre mesure, la bière locale.

eco2
eco3

Les exportations de produits locaux sont en baisse. Néanmoins, la fréquentation touristique observée depuis le début de l’année 2011, est en hausse de 8,8 % par rapport à la même période de l’année 2010.

  
Après plusieurs mois de ralentissement de la croissance, la baisse de l’emploi salarié du secteur marchand se poursuit. L’industrie subit les conséquences du ralentissement de l’activité dans le secteur de la construction. Les commerces compensent la baisse de leur chiffre d’affaires pénalisé par l’inflation en comprimant leurs effectifs. La consommation des ménages, qui représente plus de 70 % du PIB en Polynésie française, a été le principal moteur de la croissance ces dernières années. Elle a permis de compenser les mauvais résultats des exportations. Mais la consommation des ménages ont fortement baissé ce qui engendre une forte diminution des importations de biens et donc une perte de ressources fiscales pour le pays car elles sont pour l’essentiel fournies par les taxes et autres impôts sur la consommation.

eco4
    
L ES INTERVENTIONS  DE L'É TAT

En 2013, les dépenses de l’État atteignent près de 176,6 milliards de Fcfp (soit environ 1,480 milliard €). Elles enregistrent une hausse de 1,59% par rapport aux dépenses recensées l’an passé. Sur deux ans, les dépenses augmentent de 4,67% (+7,875 milliards de Fcfp).

La progression continue des dépenses en 2012 et en 2013 tient essentiellement à l’importance du soutien financier accordé par l’État à la Polynésie française sur cette période. Ainsi, après l’octroi en 2012 d’une dotation d’ajustement exceptionnelle de près de 6 milliards de Fcfp (50 millions €), l’État a procédé, en fin d’année 2013, au déblocage d’une avance de trésorerie de 5 milliards de Fcfp (41,9 millions €).

La croissance des dépenses est également soutenue par la montée en puissance des financements que l’État consacre aux équipements structurants prioritaires, notamment routiers et portuaires, dit 3IF (près de 2,7 milliards de Fcfp ont été versés au titre de ce dispositif en 2013). De même, les moyens financiers alloués aux communes sont en hausse sous l’effet de l’augmentation de certaines dotations, dont la dotation globale de fonctionnement (plus de 8,2 milliards de Fcfp versés en 2013).

Les dépenses à caractère militaire, quant à elles, continuent à diminuer mais de façon beaucoup moins marquée cette année (-6,7% par rapport à 2012 contre -17% par rapport à 2011).

L’examen des dépenses par champs de compétence permet de constater une relative stabilité des dépenses de l’État pour l’exercice de ses propres compétences (+0,4%). Les dépenses participant aux compétences de la Polynésie française progressent de 2,2%, tirées à la hausse par le versement de l’avance de trésorerie consentie à la collectivité. Les dépenses fléchées sur les compétences des communes observent, quant à elle, une amélioration de +4,7% par rapport à 2012.

Sans titre
 
Les Dépenses de l'Etat en Polynésie française en 2013 - Répartition par champ de compétence 1,480 milliard € - 176,581 milliards FCFP

Appui à l’exercice des compétences des communes 11,8 milliards FCFP - 7%

dont :
. Dotation Globale de Fonctionnement : 8,22 milliards FCFP
. Dotation territoriale pour l'investissement des communes : 1,07 milliard FCFP
. Fonds Intercommunal de Péréquation : 1,08 milliard FCFP
. Dotation d’équipement des territoires ruraux : 287,59 millions FCFP

Appui à l’exercice des compétences de la Polynésie française 91,2 milliards FCFP - 51%

dont :
. Education nationale, jeunesse et vie associative : 60,4 milliards FCFP
. Dotation globale d'autonomie : 10,83 milliards FCFP
. Emploi outre-mer (GSMA, chantiers de développement) : 2,74 milliards FCFP
. Concours contractualisé pour le financement des investissements prioritaires : 2,7 milliards FCFP
. Contrat de projet 2008-2012 : 704 millions FCFP
.Continuité territoriale : 120 millions FCFP
. Avance de trésorerie : 5 milliards F CFP

Appui à l’exercice des compétences de l'Etat 73,6 milliards FCFP - 42%

dont :
. Dépenses militaires : 14,81 milliards FCFP
. Gendarmerie et police nationale : 7,81 milliards FCFP
. Service d'Etat de l'aviation civile : 5,07 milliards FCFP
. Justice et services du premier ministre : 5,95 milliards FCFP
. Enseignement supérieur et recherche : 3,49 milliards FCFP
. Pensions civiles et militaires : 28,37 milliards FCFP
. Administration territoriale de l'Etat : 2,88 milliards FCFP (dépenses du Haut-Commissariat)

Sans titre